23 septembre 2015

Pro domo

Mário de Andrade, chroniqueur et conscience militante du modernisme, ferraillant dur contre une critique locale hostile, n’observait-il pas dès 1923, depuis São Paulo et avec quelque présomption :
« La célébrité des modernistes est aujourd’hui définitive et indiscutable. Leurs noms ont pénétré […] les capitales européennes. Ils sont traduits en France » ?
Alors qu’approche, sûrement, le centenaire de la Semaine d’Art Moderne (1922), session inaugurale de l’avant-garde brésilienne, peut-on dire que ce propos aura fini par être autre chose qu’une belle fanfaronnade ?

Traduits, les modernistes brésiliens ? On y travaille.
Lus ? Commentés ?
De septembre 2010 à septembre 2015, ce fut somme toute, autour d’une première poignée de traductions en volume, une bonne vingtaine d’articles.

Bilan en forme de dossier de presse, à l’enseigne symbolique de la « poésie d’exportation » d’Oswald de Andrade…




N. B. : Attention, un poète mexicain est monté clandestinement dans le convoi.

2 commentaires:

  1. Caro Antoine, acho seu trabalho admirável. Não somente a tradução de Mário, Oswald, Luís Aranha, Sérgio Milliet como a própria republicação do antes inencontrável Oeil-de-Boeuf. As conexões naturais do modernismo brasileiro com a França são reforçadas só tem a ganhar com as suas traduções e a sua atuação na divulgação.

    um abraço,

    Leandro

    RépondreSupprimer